avant après traitement carcinome paupiere lyon

Traitement des tumeurs malignes palpébrales : carcinomes et mélanomes

LES CBC sont les cancers cutanés les plus fréquents, et le mélanome le plus urgent de par sa gravité (risque de métastase). Près des paupières, ils peuvent atteindre l’œil et l’orbite. Correctement appréhendés, leur ablation est rapide et généralement sans récidive. Le Dr. Soldermann vous explique le protocole de soin généralement pratiqué ! 

Informer  et planifier l’ablation d’une tumeur maligne palpébrale :

« Les patients ont d’abord besoin d’être rassurés » explique le dr.Soldermann. Une lésion maligne n’est jamais à prendre à la légère ! Même si les carcinomes ont la caractéristique de pouvoir être traités localement, sans avoir à vous rendre dans un établissement hospitalier. La technique la plus utilisée est l’exérèse chirurgicale avec marges. 

L’exérèse chirurgicale d’une tumeur maligne 

L’exérèse consiste à inciser la zone pour retirer le carcinome ou le mélanome, avec une marge de peau supplémentaire, qui diffère selon la lésion à retirer. La difficulté réside dans la zone d’opération : la paupière ! Un ophtalmologue saura adapter le traitement dans ces cas particuliers.  On procède ensuite à la réparation, pensée pour avoir la cicatrice la plus discrète possible et conserver la fonction visuelle. Selon le cas, le praticien devra procéder à une plastie palpébrale, également appelée chirurgie reconstructrice. Ceci s’effectuera parfois dans un deuxième temps après l’analyse de l’exérèse et de son importance. 

L’analyse des lésions malignes sur la paupière : 

Le carcinome basocellulaire, spinocellulaire ou le mélanome retiré part en analyse histologique. C’est là que les marges supplémentaires ablatées prennent leur importance : parmi les cellules « visiblement » saines retirées, l’analyse va permettre de vérifier s’il ne reste pas de cellules cancéreuses. Il s’agit de vérifier qu’on enlève l’intégralité du carcinome. Pour le mélanome, il sera nécessaire d’effectuer un suivi rigoureux impliquant scanner, IRM et un collège pluridisciplinaire de médecins pour déterminer si le patient est hors de danger (métastases).

La chirurgie reconstructrice de la paupière : 

Selon la position de la lésion, et sa taille, une deuxième chirurgie peut être envisagée, cette fois uniquement pour reconstruire esthétiquement le regard. « Deux techniques pour cela : les lambeaux ou la greffe » explique le dr. Soldermann. 

On parle de technique des lambeaux lorsque le defecte est recouvert par un tissu local qui a préservé sa vascularisation (glissement, rotation, transposition). De par sa vascularisation, la cicatrisation est rapide, avec peu de rétraction, et permet une éventuelle greffe associée.  Pour plus d’infos, rendez-vous ici

La greffe, elle, est un prélèvement de tissu permettant de réparer et préserver l’unité palpébrale. Associant une lamelle antérieure cutanée à une lamelle postérieure muqueuse. 

Dans certains cas, nous associerons une greffe à un lambeau pour préserver les différentes structures palpébrales, nécessaires à la bonne protection de l’œil. 

Le patient entame ensuite sa période de cicatrisation, tout en étant régulièrement suivi à la fois sur sa greffe / lambeaux, mais aussi sur le diagnostic d’autres cancers de peau.

Plus les tumeurs malignes sont repérées à temps, plus il est facile de les retirer. Prenez rendez-vous dès maintenant au cabinet pour une visite de contrôle : 04.81.07.99.47.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *