La blépharoplastie

La blépharoplastie esthétique désigne la chirurgie esthétique des paupières supérieures ou inférieures quand celles-ci présentent un excès de peau, de graisse ou une malposition. L’objectif de ce type de chirurgie est d’apporter une satisfaction esthétique dans les limites de la norme en préservant le rôle de protection oculaire des paupières.

En amont, un ou plusieurs rendez-vous médicaux seront systématiquement proposés, afin d’éliminer les contre-indications chirurgicales et de définir au mieux l’intervention nécessaire et le type d’anesthésie. Un délai de réflexion est laissé au patient.

PRENDRE UN RDV

Blépharoplastie supérieure

Une incision est pratiquée afin de retirer la poche graisseuse interne et les festons myocutanés (peau et muscle orbiculaire). La cicatrice est très discrète – car située dans le pli naturel de la paupière (pli palpébral supérieur) – et les fils peuvent généralement être retirés 7 à 10 jours après l’opération, qui se déroule en ambulatoire et sous anesthésie locale.

La cicatrisation est rapide avec quelques ecchymoses périorbitaires pendant 15 jours. Un syndrome sec est régulièrement présent en post-opératoire et nécessite l’instillation de collyre pendant 1 mois.

Blépharoplastie inférieure

Selon la situation, l’incision peut être pratiquée sous les cils ou à l’intérieur de la paupière (voie conjonctivale). Dans le premier cas, cela permet de traiter le relâchement cutané et musculaire qui “alourdit” le regard (festons, rides, cernes) en réalisant une résection tissulaire et une remise en tension de la sangle palpébrale. Dans le second cas, il est possible de “gommer” une poche sous l’oeil sans laisser de cicatrice visible. Ces poches sont souvent héréditaires, mais s’accentuent avec l’âge.

Dans les deux cas, les complications post-opératoires s’avèrent rares mais les ecchymoses sont régulièrement plus importantes qu’en paupières supérieures (de 15 jours à 1 mois).

Il est possible d’associer à un geste de blepharoplastie une lipostructure périorbitaire afin de restaurer les volumes et combler les creux survenus avec le relâchement tissulaire. La graisse utilisée est celle de l’individu prélevée à la face interne du genou ou de la cuisse.

Dans certaines situations, un lifting complet de la zone palpébro-jugale est nécessaire (lifting malaire) pour corriger un relâchement important en péri-orbitaire.

Il est toujours possible de réopérer une paupière si le résultat n’est pas satisfaisant.